'

Biographie

Odile Castel découvre le théâtre à l’âge de 13 ans au conservatoire d’Aix-les-Bains et manque de s’évanouir de trac lors de sa première audition. Une tragédienne est née. Ce que confirme Jean Monard, son maître, qui lui offre quelques années plus tard son premier rôle dans un spectacle en forme de rapsodie autour des personnages féminins de Jean Racine. Elle rencontre ensuite Patrick le Mauff en 1990, avec qui elle parfait son apprentissage tout en suivant des cours au Conservatoire Régional de Chambéry.

A18 ans, elle quitte la Savoie pour Paris, comme on atteste de sa majorité, pour vérifier son art,  au cours Raymond Girard dont elle sort avec un 1er prix d’interprétation en 1992- Eté et fumé, de Tennessee Williams rôle d’Alma. Véritable transformiste, elle a plus d’une corde à son instrument. Elle vibre pour son premier rôle d’homme dans une adaptation de Macbeth de Shakespeare. Dès lors on lui donne à interpréter des rôles forts dans des registres différents, de Pirandello à Molière, en passant par le vaudeville. Odile a ce pouvoir comique et tragique, elle comprend très vite qu’elle est capable de tout faire. Elle expérimente également des spectacles atypiques, incarnant dans la joie une fève de cacao dans un spectacle musical baroque, ou jouant notamment avec Les tambours du Bronx. Si Odile était un instrument de musique elle serait un violoncelle.

Toujours attachée à sa région, elle prend un abonnement de train –de 25 ans pour pouvoir faire du théâtre en Savoie et paye son abonnement en tournant quelques fictions télé. Elle apprend ainsi combien il est difficile d’exercer le métier d’acteur. Elle tourne avec des équipes américaines dont elle ne comprend pas la langue tout en s’employant à donner l’illusion qu’elle parle américain avec comme principal bagage : « you’re welcome it’s my pleasure » (qu’elle a entendu au détour d’un couloir et qu’elle décline à longueur de journées avec de subtiles variations). Le studio Pygmalion l’accueille pour une formation d’acteur en 2003. Il est alors temps de renoncer à son abonnement de train, car elle n’a plus 25 ans. Sa place est définitivement sur une scène de théâtre, c’est là qu’elle existe et résonne. Sur scène elle est inébranlable parce que « le théâtre c’est comme la vie, mais en mieux » Si Odile était un animal, elle serait « une chatte sur un toit brulant »

Elle décide donc de retourner sur Aix-les-Bains en 2005, et monte sa compagnie – Nymphe Art – pour jouer ses propres créations, et commencer à transmettre ce pour quoi elle se bat : la générosité au service du théâtre.

A travers des rencontres artistiques qui lui donne une vision étriquée et égocentrique du métier d’acteur, elle découvre ainsi ce qu’il ne faut pas faire. « Via negativa »…
2012-2013 : Une nouvelle période, féconde, commence pour l’actrice et la pédagogue dont elle assume pleinement la métamorphose. La compagnie qu’elle dirige porte désormais son nom. Comme quoi, on a plusieurs vies dans une vie.

Odile participe aux lectures mensuelles dirigées par Jean-Cyril Vadi (Cie Les Amis de Franck Nogent).
Elle expérimente le Théâtre d’appartement avec une forme adaptée aux petits plateaux et proche du public, dans des lectures théâtrales pour « Savoie Biblio » Réadapte un projet de création « Prendre Racine » et joue dans le projet de création du Roland, d’Hedi Tillette de Clermont-Tonnerre mis en scène par Jean Cyril Vadi.

En 2015 elle entreprend d’emmener un projet d’atelier à Avignon, une création originale contemporaine, autour de musiques et chorégraphies tissées dans une relation artistique, unique  » Beaucoup de Bruit pour Rien  »

En Mars 2016 , les contes théâtraux de « Bidules Trucs » de Pierre Notte renaissent de leurs cendres,  et maintenant en avant…